2 juin 2014

Lectures du mois de mai !

Encore un bon mois de lectures, où je me suis dépêchée de finir de lire des bd qui trainaient chez moi avant que je ne parte en vacances !

En bd et mangas :
Le plaine du Kanto, tomes 2 et 3, Kamimura
Aya de Yopougon, tome 5, Oubrerie et Abouet
Le chevalier d'Eon, tome 1, Maupré
Max Winson, tome 1, Moreau
Any empire, Powell
Le muret, Fraipont et Bailly
Dans un recoin de ce monde, Kouno
Saga, tome 2, Vaughan et Staples
Les revenants, Maël et Morel
Walking dead, tome 19, Kirkman et Adlard


Un peu de jeunesse, je continue toujours dans ma lancée Dautremer :
L'amoureux, Dautremer 
Une lettre pour Lily la licorne, Dautremer  et Ponchon
Le journal secret du petit Poucet, Dautremer et Lechermeier


En romans, peu de choses, un très bon polar et un livre qui ne sert à rien :
Zulu, Férey (à peine entré dans la PAL et déjà sorti)
En cas de bonheur, Foenkinos
 

Un petit documentaire sur mes vacances toutes prochaines :
Écosse, instants de lumières, Cocherel


Et les entrées dans la PAL sont assez limitées :
Zulu, Caryl Férey
L'attrapeur d'ombres, Patrick Bard

Faut bien avouer que le mois de juin va être beaucoup moins productif !

12 mai 2014

Lecture : Le messager du feu, M. & S. Diatchenko

Le messager du feu, Marina & Sergueï Diatchenko
Albin Michel, 2012, 549 p., 20 €
9782226243553


Quoi de mieux pour attaquer un nouveau challenge de lectures que de commencer avec un livre que j'ai gagné grâce à un autre challenge ? Je me suis inscrite au challenge "SFFF au féminin" organisé par le Dragon Galactique (vous pouvez retrouver toutes les indications en cliquant sur le lien). Donc j'inaugure cette nouvelle mission avec de la fantasy russe, livre que j'avais gagné pour le challenge SFFF venue de l'Est.


Varan a une vie simple et un peu tristoune pour un adolescent, mais la vie est difficile alors il ne se plaint pas trop. Un été, il suit sa famille pour aller travailler "en haut", et là il tombe amoureux d'une belle jeune femme et fait la connaissance d'un jeune mage. Son désir de voyage le reprend plus violemment que jamais cette fois. 

C'est un roman initiatique pour les adolescents. Cela commence calmement et c'est plutôt bien j'ai trouvé, il n'y a pas un excès d'action. Pendant de nombreuses pages, on suit l'été de Varan "en haut", mais au bout d'un moment ça devient trop long, la vraie histoire ne démarre pas (parce qu'on se doute qu'il va se passer quelque chose). Puis, les auteurs utilisent des ellipses temporelles pour faire avancer le récit. On retrouve donc Varan à différents moments de sa vie, dans sa recherche folle du Voyageur, celui qui allume les âtres dans les maisons des gens, maisons qui abriteront des futurs mages. La pirouette de la fin est malheureusement attendue (fin dont j'ai d'ailleurs du mal à me souvenir, blocage...). Le rythme du roman est assez étrange, beaucoup de sauts dans le temps, de l'action mais sans grand coup d'éclats, on est plus dans l'attente ou la quête sans fin. Il y a quand même des passages intéressants et le monde proposé par les auteurs se tient tout à fait. J'ai été gênée à certains moments, car je n'arrivais pas à imaginer certaines scènes, certains décors (surtout quand Varan et son ami le mage trouvent un trésor caché). Ce n'est pas un mauvais roman, mais je n'ai pas accroché plus que ça....

10 mai 2014

Des mikados maison achetés à la Super Supérette


Cela fait quelques temps que je suis (via RSS) les formidables aventures de Lucie et Mélanie, alias la Super Supérette. Je me disais assez souvent, tiens il faudrait que j'essaye, sans jamais le faire. Et voilà-ti-pas, qu'il y a quelques jours, les deux épicières décident de fêter les 2 ans de leur site (et oui 2 ans seulement) en organisant un concours-de-la-mort-qui-tue....

Donc, j'ai décidé de participer, et après moults réflexions, mon choix s'est porté sur les Mirobolants, connus sous le nom de Mikados.

Je vais vous retranscrire la recette ci-dessous, mais vous pouvez la retrouver aussi ici !


Ingrédients (pour une quarantaine de bâtonnets) :
– 5 cl d’eau tiède
– 1 sachet de levure de boulanger
– 200 g de farine
– 4 c. à s. de sucre glace
– 3 pincées de sel
– 1 c. à s. d’huile de tournesol
– 1 jaune d’œuf
– 150 g de bon chocolat (au lait ou noir, comme vous préférez !)


Mettez l’eau tiède dans un saladier. Mélangez avec la levure et attendez 5 petites minutes. Ajoutez la farine, le sel et le sucre glace, puis l’huile de tournesol et le jaune d’œuf. Pétrissez pour obtenir une belle boule de pâte. Si elle est trop sèche, ajoutez un peu d’eau. Si elle est trop collante, ajoutez un peu de farine ! Recouvrez d’un torchon propre et laissez reposer pendant 30 minutes dans un endroit chaud.

Préchauffez le four à 180°C. Formez de fins bâtonnets et déposez-les sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Ce sera plus facile en étalant la pâte au rouleau, en coupant des bandelettes, et en les roulant ensuite. Faites cuire une petite dizaine de minutes. Attention, il vaut mieux être très près du four pour surveiller ! Comme les Mirobolants sont très fins, ils vont brunir très vite… Sortez les Mirobolants du four et laissez-les refroidir.

Faites fondre le chocolat au micro-onde à faible puissance, ou à feu très, très doux. Trempez les bâtonnets dedans (si vous transvasez le chocolat dans un verre haut, ce sera plus facile) et mettez-les sur une feuille de papier sulfurisé. Laissez prendre au moins deux heures, en les mettant au frais dès qu’ils sont manipulables. À vous les petites faiblesses !

PPS : Vous pouvez trempez vos Mirobolants tout juste recouverts des chocolat fondu dans des copeaux de chocolat, des vermicelles, des graines de sésame... Ce qui vous fera plaisir
 
 
Je reprends la main. Que dire sur cette recette : effectivement, la comparaison avec les vrais Mikados est difficile rien qu'au niveau de la taille. C'est très dur d'obtenir une telle finesse du bâtonnet, et pour ma part je me suis retrouvée avec des mirobolants géants ! Même au niveau de la comparaison, goût, croquant, il est un peu juste de dire que c'est la même chose. Mais tout ce que je peux dire, c'est que c'est super bon ! Ça se mange sans fin, ça se grignote super vite et au bout de quelques heures la boîte est vide....
Au niveau de la préparation, je reconnais que j'ai passé un certain temps dans la cuisine (mais ça m'arrive tout le temps !). Pour rouler les bâtonnets, j'ai étalé la pâte finement et je l'ai humidifiée avec un peu d'eau pour que la pâte colle bien sur elle-même. Mais après coup, je me suis dit qu'il aurait peut-être été plus simple et plus rapide d'étaler la pâte plus épaisse et de couper des bandelettes (et pas besoin de rouler la pâte sur elle-même). Je crois que je n'ai pas bien lu la recette pour ce passage, mais on apprend toujours de ses erreurs ! Et le coup du verre haut pour tremper dans le chocolat, il faut prendre vraiment un verre haut et fin (type coupe de champagne), car au bout d'un moment ça peut vite devenir la galère....
Mais c'était tellement bon, que j'ai vite oublié mes petits soucis !






5 mai 2014

Je joue à l'archiviste

Ce n'est jamais bien facile de devoir vider la maison de ses grands-parents quand ils ne sont plus là. On se retrouve face à des tonnes d'affaires qui ne sont pas les nôtres, avec lesquelles on n'a pas forcément de liens ou dont l'utilité n'a plus lieu. Mais en fouillant au fin fond d'un placard, je suis tombée sur une pile de vieux journaux...














C'est toujours impressionnant d'avoir entre ses mains des "morceaux d'Histoire", ce qui nous permet de se souvenir que tous ces événements ont bien eu lieu, que des personnes de notre famille les ont vécues. Avec tous les documentaires, les films qui passent à la télé, il y a une distance avec le réel qui se forme. Et là, j'ai mon lien avec cette guerre. Et puis, j'ai la chance que les journaux soient en parfait état, bien conservés. Alors je vais les garder précieusement, pour les transmettre à mon tour, pour éviter l'oubli...

1 mai 2014

Salon du livre 2014 (et non je suis pas à la bourre !)


Oui bon, je sais, le Salon du livre c'était il y a un bon paquet de semaines ! Mais j'ai du mal à suivre le mouvement, alors tant pis, mieux vaut publier en retard que pas du tout !


C'est pas mon meilleur salon, ça c'est sûr, comme je devais être au travail en début d'après-midi, ça a été la course, je n'ai pas trop eu le temps de traîner dans les allées, je n'ai pas arrêté de me perdre dans ces fichues allées (la première fois que ça m'arrive !). J'ai encore eu le droit à des dizaines de classes et plein de petits nenfants qui stagnent dans les rayons bd et mangas (pourquoi les classes ne viennent-elles pas à un moment où le salon est fermé au grand public ??). Je ne remercie pas aussi l'organisation qui a eu beaucoup de mal à faire rentrer les professionnels (comment faire rentrer des dizaines et des dizaines de gens par une toute petite porte ?). Et puis messieurs les éditeurs et les auteurs, le vendredi matin c'est pas assez chic pour vous ? Car il n'y avait presque personne en dédicaces ou sur les stands, c'était bien triste !


Nicolas Wild et Sempé

Bon, je vais arrêter de ronchonner, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup d'expositions de bd (et c'est bien), comme Nicolas Wild ou des auteurs/illustrateurs asiatiques. Je me suis éclatée comme une folle sur les stands jeunesse. J'ai pris plein de catalogues d'éditeurs et quelques marque-pages (j'ai été sage). Et puis il y avait la star du salon, Tous à poil, et je remercie encore la gentille dame du stand qui m'a gentiment donné un badge A poil la censure, trop la classe !

 

Alors, je me dis que l'an prochain, j'irai peut-être à la journée pro du lundi pour avoir plus de temps à farfouiller dans les stands, approcher des auteurs, assister à des conférences et ne pas avoir peur des hordes d'enfants...







 Mon sac n'est pas revenu vide !










Les albums jeunesse sont un vrai régal pour les yeux !!

Lectures du mois d'avril !

Petit bilan de ce mois, où j'ai commencé officiellement à me mettre à la littérature jeunesse, depuis le temps que les albums jeunesse me faisaient de l'oeil... Mon passage au Salon du livre a été le bon déclencheur !

Pour les bandes dessinées, encore lu un bon paquet avec de bonnes surprises !
Coraline, P. Craig Russell et Neil Gaiman
Skandalon, Julie Maroh
Jukebox, Charles Berbérian
Groenland, Chloé Cruchaudet
Post-Mortem, Pierre Maurel
Couleur de peau, tome 3, Jung
Auschwitz, Pascal Croci
La plaine du Kanto, tome 1, Kazuo Kamimura
Walking dead, tome 18, Charlie Adlard et Robert Kirkman
Le chat du rabbin, les 5 tomes, Joann Sfar
Le Montespan, Jean Teulé et Philippe Bertrand

Pour les albums jeunesse, je commence avec Rebecca Dautremer et son Cyrano qui m'a fait de l’œil pendant longtemps au travail
Cyrano, Rebecca Dautremer et Taï-Marc Le Thanh
Seraphin, tome 1, Gros cochon, Rebecca Dautremer et Taï-Marc Le Thanh
Kerity, Rebecca Dautremer et Anik Le Ray
La forêt des songes, Jimmy Liao

Pour les romans, petit mois je dois reconnaître, j'ai commencé aussi le challenge SFFF au féminin organisé par le Dragon galactique
World War Z, Max Brooks
Le goût de l'immortalité, Catherine Dufour


Et les nouveautés alors dans la PAL !
J'ai oublié de mentionner dans le billet précédent, les achats au Salon du livre :
Popville, Boisrobert et Rigaud
Oh non Georges, Chris Haughton
New-York en pyjamarama, Michaël Leblond et Frédérique Bertrand
Les Mers perdues, Schuiten et Abeille
Chroniques de Jerusalem, Guy Delisle
Magasin général, t. 1 et 2, Loisel et Tripp


3 avr. 2014

Bilan des lectures du mois de mars

En ce moment, je n'arrive pas à consacrer du temps à ce blog, c'est pas très bien... Je vais essayer de m'y remettre un peu, mais je crains que cela ne va pas être facile !
En tous cas, faisons le bilan des dernières lectures !

Je me suis lancée à fond dans des romans assez faciles à lire (pas mal de jeunesse de ma PAL), pas plus de 3 jours de lecture par bouquin, c'est un bon rythme.
James et la grosse pêche, Roald Dhal (livre de la P.A.L.)
Charlie et la chocolaterie, Roald Dhal (livre de la P.A.L.)
Les chemins secrets de la liberté, Barbara Smucker (livre de la P.A.L.)
Enquête au collège, Jean-Philippe Arrou-Vignod  (livre de la P.A.L.)
Le plus petit baiser jamais recensé, Mathias Malzieu
Nos séparations, David Foenkinos
Les cœurs autonomes, David Foenkinos
Les 3 premiers tomes du cycle de Narnia, C. S. Lewis (livres de la P.A.L.)
 
 Et quelques bd toujours avec une très bonne surprise (le Powell).
Le vent dans les cimes, Eric Buche et Christian Perrissin
La trilogie Le bibendum céleste, Nicolas de Crécy
L'entrevue, Manuele Fior
Victor Hugo, aux frontières de l'exil, Gil et Paturaud
Skandalon, Julie Maroh
Homeland directive, Robert Venditti et Mike Huddleston
Swallow me whole, Nate Powell

Pas de grande lecture marquante, mais 7 livres de la PAL en moins ! Yeah !


27 mars 2014

30 ans de Monsieur Moutarde : carnet de chèques

Je continue toujours sur ma lancée des 30 ans de Monsieur Moutarde. Cette fois-ci, j'ai créé un petit carnet de chèques, avec 30 propositions de sorties ou d'activités à faire avant un an. Dans les propositions, on peut trouver une sortie au cinéma, se faire livrer un repas à l'appart, partir en voyage à l'étranger... Bref, du pas très original, sinon ce ne serait pas possible de tout faire ! 

Pour la réalisation, je suis partie sur une thématique Art Nouveau, et voici le résultat !






Typographie du titre "Art nouveau caps" et typographie de la liste "Times new vespasian", papier épais déjà coloré sur lequel j'ai imprimé un motif art nouveau trouvé sur internet, et pour le motif "rouge", c'est tout simplement à partir d'un scan d'une feuille de scrap. Et j'ai fabriqué aussi la petite boîte pour tout ranger.


20 mars 2014

Crème brûlée abricot érable

CRÈMES BRÛLÉES AU SIROP D’ÉRABLE & ABRICOT

Voici une petite recette très sympa pour changer de la crème brûlée traditionnelle, et comme les beaux jours reviennent, il est est déjà temps de réfléchir à ce qu'on va faire avec ces charmants abricots ! Enjoy !



Pour 4 personnes

Préparation : 20 min, Cuisson : 50 min

Ingrédients :
* 4 jaunes d’œufs
* 40 cl crème liquide
* 80 ml sirop d'érable
* 2 gros abricots
* cassonade



Dans un saladier, verser les jaunes d’œufs et le sirop d'érable. Fouetter énergiquement. Ajouter la crème liquide. Fouetter de nouveau. Réserver cet appareil. Couper les abricots en 2. émincer finement en éventail les 4 demi-abricots. Les déposer délicatement au fond des cocottes. Verser par-dessus l'appareil à crème brûlée. Laisser cuire les cocottes, sans couvercle, pendant 50 minutes dans un four préchauffé à 100°C. Laisser bien refroidir. Saupoudrer à la dernière minute, les cocottes d'une fine couche de cassonade. Caraméliser à l'aide d'un chalumeau ou éventuellement d'un fer à crème brûlée.